Actualités

Nouvelle formation RePairs Aidants sur les aides à la communication

Dans la continuité du programme RePairs Aidants, Odynéo vous propose une nouvelle formation sur le thème des aides à la communication.

La communication est en effet essentielle pour l’interaction entre un aidant et la personne qu’il aide. Elle peut mobiliser des modes de communications particuliers et nécessiter des aides spécifiques. Cette nouvelle formation a pour objectif de repérer les outils disponibles et les moyens de communication existants afin de la faciliter.

La formation aura lieu jeudi 15 octobre 2020 de 9h à 17h dans les locaux d’Odynéo Formation, 106 rue Jean Fournier, 69009 Lyon.

Au programme :

  • La communication et le handicap de communication,
  • Les difficultés et capacités de la personne handicapée dans la
    communication,
  • La communication expressive et réceptive,
  • Les modes de communication et les aides techniques,
  • Le langage gestuel et le handicap : présentation, apports et
    exigences,
  • Les principales aides techniques, les codes de communication,
    les personnalisations possibles.

Cette formation se déroulera dans le respect des consignes sanitaires Covid-19. Il faudra vous munir de 2 masques et de votre propre stylo, le gel hydroalcoolique étant mis à disposition.

Si vous souhaitez y participer, merci de vous inscrire par mail à action.associative@odyneo.fr ou par téléphone au 04 72 52 13 76 avant le mardi 6 octobre 2020.

Sophie Cluzel et Adrien Taquet en visite au Jardin des Enfants

Merci à Sophie Cluzel, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Chargée des Personnes handicapées, et Adrien Taquet, Secrétaire d’État auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé, Chargé de l’Enfance et des Familles d’être venus visiter hier le Jardin des Enfants d’Odynéo.

Ils ont pu rencontrer les enfants et échanger avec les professionnels et les familles autour de la démarche inclusive de la crèche : 24 places pour des enfants avec ou sans handicap.

Du lundi au vendredi, 8 professionnels accompagnent des enfants âgés de 4 mois à 4 ans, et jusqu’à 6 ans pour les enfants en situation de handicap neuromoteur, avec un double objectif : pédagogique d’un côté, rééducatif et thérapeutique de l’autre.

En donnant une place à chaque enfant, la crèche leur offre un premier espace de citoyenneté et d’échanges où tous se découvrent et s’apprivoisent.

Des clowns aux Tourrais de Craponne

Merci aux artistes de l’association Vivre aux Éclats qui sont venus, pendant l’été, apporter des blagues, du rire et de l’ambiance aux Tourrais de Craponne.

Et ce sont les résidents qui en parlent le mieux :
👩 Marine : ‘J’ai trouvé que c’était bien. J’ai bien aimé. Ça m’a fait du bien de voir les clowns’.
👱‍ Céline : ‘J’aime bien. Je trouve ça rigolo. Et ça met de l’ambiance dans les groupes’.
👩‍ Julia : ‘C’est bien les clowns !’.

Pour lire le récit complet, c’est par ici : https://www.vivre-aux-eclats.fr/lestival-des-clowns-aux-tourrais-de-craponne/

Une collecte au profit des Bébés du Cœur

Pour la troisième année consécutive, le Service d’accueil de jour médicalisé de l’Etang Carret (SAJM) a organisé une collecte au profit des Restos du Cœur, et plus particulièrement des Bébés du Cœur.

Ouverte le 3 février, la collecte a pris fin le 27 mars mais avec la crise sanitaire, la transmission des dons avait été repoussée. C’est finalement lundi 20 juillet que Christine Le Mindu, Responsable de l’antenne de l’Arbresle et deux bénévoles sont venus chercher les produits d’hygiène et d’alimentation.

Bravo à toute l’équipe et aux résidents de l’Etang Carret pour leur investissement, et merci à Colette Philippe et au Progrès pour la mise en avant dans le journal.

Des vacances adaptées cette année

Les premiers départs ont eu lieu dimanche dernier et les 6 premiers groupes profitent d’ores et déjà de leur séjour à la mer, à la montagne ou à la campagne.

Cette année, ce sont des solutions sur mesure qui ont été imaginées pour répondre aux exigences de sécurité que le contexte sanitaire impose. Les séjours ont été très préparés et leurs modalités retravaillées.

Pendant l’été, 44 vacanciers vont prendre le départ et pour 32 autres, une alternative de sorties à la journée est proposée.

Ces solutions ont été rendues possibles grâce aux concours des vacanciers, des familles, des directeurs d’établissements, des professionnels encadrants, des administrateurs et des bénévoles. Merci à tous et toutes.

Pour toute(s) question(s), écrivez au service de l’Action Associative action.associative@odyneo.fr

En savoir plus

Bilan de la Course des Héros 2020

Pour nos héros, ce printemps aura été bien étrange. La crise sanitaire a mis à mal les organisations sportives et festives. La Course des héros a été maintenue mais afin de respecter les distanciations sociales et pour la sécurité de tous, elle a eu lieu en mode ‘connecté’. Chacun a pu participer depuis le lieu de son choix, son domicile, dans un parc, dans un jardin, et en réalisant le défi de son choix, en courant, en marchant, en faisant du vélo d’appartement ou en se promenant tout simplement. Grâce au système de diffusion en live proposé, les héros ont pu échanger entre eux et partager ce moment devant une caméra ou un smartphone.

Merci à tous nos héros collecteurs et aux professionnels qui les ont accompagnés. Vous serez, j’en suis sûr, encore là l’an prochain pour retrouver la convivialité et le plaisir de se dépenser sans compter, et de collecter des fonds pour l’association et ses établissements. Merci à tous les donateurs.

Jean-Christophe Barre, Vice-Président d’Odynéo

Voir les photos et le bilan complet

 

Et pour vous, c’est quoi la pair-aidance ?

A Odynéo, 2020/2021 sera l’année de la pair-aidance : l’occasion de réfléchir tous ensemble aux formes qu’elle peut prendre dans les établissements et services de l’association.

Depuis plusieurs mois, un groupe de travail, réunissant personnes accompagnées, professionnels et parents, réfléchit au sujet et vous livre ses premières conclusions dans une vidéo, en 1 minute 30 top chrono !

En septembre, ce sera à votre tour de répondre à la question « La pair-aidance, c’est quoi pour moi ? ». Pour cela, un challenge participatif sera lancé ! Rendez-vous dans quelques semaines pour découvrir les règles du jeu.

En attendant, vous pouvez dès à présent vous inscrire pour recevoir la newsletter et toutes les informations sur la pair-aidance à Odynéo. Pour cela, indiquez vos coordonnées et / ou celles de votre proche accompagné par Odynéo, s’il est âgé de plus de 18 ans.

Pour toute(s) question(s), vous pouvez contacter Julia Boivin, Chargée de mission Pair-aidance et autodétermination par mail à julia.boivin@odyneo.fr ou au 06 31 58 03 15.

Je regarde la vidéo           Je m’inscris à la Newsletter

Une épidémiologiste à Odynéo

Début mai, Sophie Goyet a rejoint Odynéo pour aider à mettre en place le déconfinement. Le 24 juin 2020, elle est revenue sur cette expérience. Interview.

  • Vous êtes épidémiologiste, en quoi consiste votre travail ?

Il s’agit d’étudier, prévenir et traiter les problèmes de santé survenant dans la population. Le plus souvent les épidémiologistes s’intéressent aux maladies infectieuses, dues à un microbe ou à un parasite ; mais on peut aussi s’intéresser à d’autres problèmes comme l’obésité, ou même certaines pratiques médicales, qui se répandent de façon incontrôlée et sans fondement médical. L’épidémiologie est une discipline scientifique, elle aide à améliorer la santé des populations.

  • Quelles études avez-vous faites pour devenir épidémiologiste ?

J’ai suivi une Licence de santé publique, puis un Master 1 et un Master 2 de Santé publique option Epidémiologie, et enfin un doctorat de sciences.

  • Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ?

Personnellement, j’aime beaucoup le fait que ce soit un métier à la fois de terrain et de travail en bureau. On est aussi souvent les deux pieds dans la boue que devant un ordinateur à analyser des données.

Mon métier m’amène au lit des patients, en France comme dans d’autres pays, mais aussi dans les bureaux des ministres quand je vais défendre les résultats de mes études et demander la mise en place de mesures de protection des populations. C’est alors aux autorités de prendre les décisions et d’appliquer ou non les recommandations.

  • A Odynéo, quelles ont été vos missions ?

J’ai été recrutée dans le cadre de la gestion de la crise Covid-19, sur un temps court, donc. Mon principal travail a été de proposer des recommandations pour que les équipes assurent les conditions de vie les plus sécurisantes possibles aux usagers et à leurs familles et travaillent en se protégeant elles-mêmes au mieux.

J’ai eu un rôle de conseil pour la mise en place des procédures de déconfinement, en cherchant toujours à me baser sur les recommandations ministérielles et des instances de santé, mais aussi sur la science. Par exemple, j’ai préparé avec deux médecins de l’association une revue de littérature scientifique au sujet de l’utilité, dans les établissements Odynéo, des tests biologiques pour le suivi de la maladie Covid-19.

J’ai aussi passé du temps ‘sur le terrain’ avec la visite des établissements pour voir dans quelles conditions les usagers vivaient et avaient accès aux services, et comment les équipes travaillaient pour diminuer les risques de transmission.

  • Était-ce compliqué d’adapter les consignes sanitaires officielles dans les établissements d’Odynéo ?

Je ne dirais pas compliqué mais à Odynéo, on est passé par plusieurs phases.

Au tout début de la crise sanitaire, il y a eu pléthore de textes officiels très techniques et compliqués, émanant du ministère des Solidarités et de la Santé, de la Métropole de Lyon, des Agences Régionales de Santé (ARS), de l’Agence de santé publique, des sociétés pédiatriques…. Il fallait les décrypter et les traduire en langage plus simple parce que les directeurs n’avaient absolument pas le temps de lire toutes ces recommandations en l’état. C’était mon rôle.

Lors de la deuxième phase, on s’est aperçu que certains aspects n’étaient pas traités dans les textes officiels. On était en avance, notamment sur la réouverture des crèches. Il a fallu produire des guides pour les équipes. Les textes officiels sont arrivés ensuite, et nous ont confortés dans les procédures à mettre en place.

Pendant la troisième phase, les équipes ministérielles ont gagné en professionnalisme. A ce moment-là, les directives plus claires qu’au début ont été diffusées régulièrement, sur des sujets précis et au moment où on en avait besoin (par exemple = peut-on utiliser les climatiseurs ?). Les directives étaient beaucoup plus abordables et j’ai eu de moins en moins de travail de « traduction ».

Dans l’ensemble, le travail n’était pas simple et n’a pas été facile à encaisser par les équipes parce les directives des autorités publiques étaient changeantes d’une semaine sur l’autre à cause notamment, du côté inédit de ce virus.

  • Que pensez-vous du très faible taux de contamination à Odynéo, que ce soit chez les résidents ou chez les professionnels ?

Je suis d’accord sur ce très faible taux. Au niveau national, le 16 juin 2020, Santé Publique France comptait presque 38 000 cas confirmés de Covid-19 chez des résidents d’établissements médico-sociaux en France, depuis le début de l’épidémie, avec même 10 457 décès chez ces personnes. On a aussi compté 20 260 personnels d’établissements médico-sociaux contaminés. A Odynéo, nous n’avons eu que 3 usagers malades confirmés par un test biologique, tous les 3 à leur domicile ou à celui de leur parent. Nous avons eu 4 professionnels malades. C’est triste bien entendu, mais ces chiffres sont heureusement très bas.

Est-ce la chance ? Est-ce le fait qu’Odynéo a confiné très tôt les établissements, mis en place une structure de gestion de crise très poussée ? Avec une cellule de crise qui se réunissait très régulièrement, un contact très rapproché entre les directions et les établissements, et une très forte implication de la Commission médicale associative (CMA) ? Pour moi, cette crise a été bien gérée grâce à une bonne réactivité et des directives claires en interne. Et ce d’autant plus, que l’association a pour particularité de regrouper des établissements très différents.

Grâce à l’intelligence collective, on a débattu ardemment, et ensuite on a suivi les décisions prises en groupe. Aujourd’hui, il y a toujours des discussions même si on est maintenant en veille.

Il a donc fallu s’adapter et ça a payé. Avec un facteur chance aussi.

  • Et maintenant ?

Il ne faut surtout pas relâcher la veille mais il faut aussi relâcher la pression pour que les équipes, les familles et les usagers soufflent, prennent des vacances, profitent de leurs amis, tout en respectant les gestes barrières bien sûr.

Il faut s’attendre à une deuxième, voire une troisième, ou une quatrième vagues, et j’espère qu’Odynéo saura tirer les leçons de cette première crise.

Je vois la crise comme une opportunité de changements durables. C’est l’occasion de garder dans les tiroirs des procédures prêtes d’avance, à redéployer facilement en cas de nouvelle vague, ou en cas d’autres épidémies comme les gastroentérites ou la grippe, qui peuvent aussi très fortement impacter les usagers des établissements Odynéo et les équipes.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé participer à la gestion de cette crise et mettre en œuvre tout ce que j’avais appris ces dernières années notamment au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). On savait qu’une pandémie allait arriver mais on s’attendait plutôt à une mutation de la grippe et on ne s’attendait pas à ce qu’elle ait une telle ampleur, et que l’économie mondiale en soit stoppée pendant plusieurs semaines.

En Europe, les réactions m’ont paru exemplaires. Les personnes les plus vulnérables étaient les personnes âgées et nous sommes tous restés chez nous pour les protéger alors qu’elles sont souvent considérées comme une charge. Les jeunes ont beaucoup souffert et vont souffrir dans les mois qui viennent mais ils ont fait ça pour protéger les plus âgés. Pour moi, c’est la marque d’une avancée de notre civilisation.

Merci !

Le rapport n°5 de la Commission éthique est disponible

Le rapport n°5 de la Commission éthique, qui s’intitule « Parcours de vie et démarche inclusive : aspirations et réalités » est paru.

Il est disponible en version pdf ICI. Si vous souhaitez un exemplaire papier, merci de contacter le service de l’Action Associative : action.associative@odyneo.fr

Composée de représentants des usagers, des familles, des administrateurs et des salariés des établissements et services, de la Direction générale et accompagnée par le Comité Interdisciplinaire d’Ethique de l’Université Catholique de Lyon, la Commission éthique d’Odynéo traite de thèmes ayant trait à l’éthique à partir de situations particulières et singulières, vécues par des usagers, des familles ou des professionnels.

www.odyneo.fr/ethique/

Le VRF Les Cizes rouvre ses portes

Le VRF Les Cizes rouvre ses portes le 27 juin et il reste encore des places. Pour réserver votre séjour ou vous renseigner : 03 84 60 46 00 ou par mail à contact@vrflescizes.com

Pour rappel, le Village Répit Familles Les Cizes accueille habituellement toute l’année les aidants et leur proche en situation de handicap, pour un moment de répit ou des vacances sur mesure.

Un projet porté par Odynéo, l’AFM-Téléthon et l’AFSEP.

En savoir plus